Photographie

Martin Parr : Les mythes parisiens

6VpVWME

En quelques mots

Le photographe britannique Martin Parr présente, à la Maison Européenne de la Photographie, une série de photographies inédites sur le thème de Paris. Il explore les mythes populaires entourant la ville : la capitale de la mode, la ville romantique, la ville touristique.

Les plus de l’expo : Accessible à tout public, quelque soit l’âge ou le niveau de connaissance.

Les infos pratiques

 Dates  du 26 mars au 25 mai 2014
 Lieu  La Maison Européenne de la Photographie
 Tarif  8 euros
 Durée de l’expo  30 min
 Temps d’attente  faible
 Nocturne  tous les soirs jusqu’à 19h45
 Envie de boire un verre dans les environs ?  Le Bouquet Saint Paul

En savoir plus sur Martin Parr

Une réputation qui n’est plus à bâtir

Après avoir suivi les cours de photographie de l’Ecole polytechnique de Manchester entre 1970 et 1973, Martin Parr s’est lancé dans la photographie sociale. Il cherche à immortaliser la manière dont l’homme ordinaire vit.

Ses clichés rencontrent un vif succès. En 1994, il intègre la prestigieuse agence Magnum qui regroupe les meilleurs photo-reporters du monde. Puis, en 2006, il reçoit le prix Erich Salomon qui consacre les meilleurs travaux de photojournalisme.

Briser les clichés

A travers, cette collection de photographies effectuées par le
photographe à la demande de la Maison Européenne de la Photographie,
Martin Par s’attaque à « la Ville Lumière ». 

On y retrouve les principaux mythes entourant la ville : l’amour, la
bohème, la mode, le patrimoine historique et culturelle… Mais
l’artiste adopte un regard novateur. A travers un cadrage audacieux, il parvient avec une grande habileté à révéler l’envers du décor.

Dans l’exemple ci-dessous où l’artiste revisite le mythe de la ville romantique véhiculée par les films américains. Le couple enlacé est relégué au second plan derrière un groupe aux physiques vulgaires, se prélassant au soleil.

Le monde selon Martin Parr

Sous l’objectif du britannique, Paris perd de sa superbe. Et l’on se sent parfois pris du célèbre syndrome de Paris.
Il s’agit d’une forme de dépression qui affecte les touristes, déçu par
le décalage entre leurs attentes et la réalité de la ville.

Loin
de céder à la mélancolie, les clichés de Parr sont remplis d’humour et
parfois même de tendresse. Tant les couleurs vives que les attitudes de
ses modèles construisent une ambiance joyeuse. C’est une véritable bouffée d’air frais !

Des personnages décalés aux couleurs chatoyantes

A propos de l'auteur

Stéphanie

Artscen, c'est moi, Stéphanie, la trentaine florissante. Prof d'Histoire-géo et amatrice d'art, je fréquente assidûment les expos. Lieux de découverte et d'expérimentation, elles sont devenues un espace où je puise mon inspiration.
Quel est l'objectif d'Artscen ? Partager avec vous mes découvertes, mes coups de coeur, mes déceptions. Peut-être vous donnerai-je l’envie d’aller découvrir un artiste ? Une période ? Peut-être mes récits vous permettront-ils de replacer une oeuvre ou des informations dans un contexte plus global ? A vous de me le dire…

2 Commentaires

  • I really do think about each of the tips you might have offered for your submit. They are really begging and can unquestionably work. However, the blogposts are very brief for starters. May well you want prolong all of them slightly out of following time frame? Many thanks for this publish.

  • Bonjour Steeve, merci de porter une attention particulière à Artscen. Je ne peux qu’abonder dans ton sens. Mes blogposts sont brefs. Mais cela fait partie de notre ligne éditoriale : « keep it easy and simple ». Néanmoins, je veillerai désormais à ajouter des liens externes, qui comme toi, souhaiteraient davantage d’informations.

Laissez un commentaire

All for Joomla All for Webmasters